Histoires d'apicultrice - E2020-1: Le printemps est là !

En cette année si particulière, j'ai senti le besoin de prendre le temps de me recentrer sur l'essentiel. Portée par un flux d'informations, d'images, de doutes, de confinement, déconfinement, re-confinement, j'ai parfois bien eu besoin de m'assoir près des ruches et de simplement contempler les abeilles. Ces moments sont précieux et arrêtent le temps et les mouvements de l'esprit.


J'ai pris la décision lentement de m'éloigner des réseaux sociaux, car même s'ils sont un outil formidable, tout ne se raconte pas en quelques lignes, sur une simple image. J'ai toujours mis un soin particulier à détailler ce qu'il s'y passe, expliquer la vie des abeilles en fonction des posts etc... mais il faut avouer que tout cela n'est pas dans ma nature. Je me sens "obligée" de poster une photo, parce que "c'est l'heure de poster" ou "parce que ça fait longtemps que je n'ai rien posté". Et cela me perturbe, est en contradiction avec ma nature.


Alors voilà, je vais entamer un nouveau chapitre sur ce blog, une nouvelle catégorie d'articles, comme un carnet de bord. Je vais y mettre les photos que j'aurais mis sur les réseaux mais développer davantage en écrivant, en expliquant. Ce sera plus personnel, dans le ressenti du moment. Je vais donc dans les prochaines semaines, revenir sur cette année 2020, en images, et à travers des articles, pour vous présenter le cheminement de l'activité apicole, les projets, les tâches hebdomadaires, les ennuis, les joies etc...


Voici donc le premier épisode de ce carnet de bord :


Episode 2020-1, le printemps est là !


Nous sommes fin mars 2020 et les abeilles, elles, ne se sont pas arrêtées. Heureusement ! Dans le Vaucluse, les jours augmentent déjà et les premiers rayons de soleil commencent à bien réchauffer l'atmosphère. Les abeilles le sentent aussi et effectuent un joli démarrage en sortie d'hiver.




Beaucoup de fleurs sont arrivées et ont fait le bonheur de nos petites merveilles. Une telle activité devant la ruche me réconforte et me donne les premières indications sur la santé de la colonie. En effet, depuis octobre dernier, seule l'observation de l'entrée de la ruche permet de donner une indication sur la santé des abeilles. Bien sûr, tout au long de l'hiver, j'ai pris le temps de peser régulièrement les ruches ou plutôt de sous-peser en soulevant l'arrière de la ruche. Avec les années, et en comparant les différents poids sur le rucher, il m'arrive de ne plus utiliser le peson pour savoir si ce que je soulève est correct ou non. Dans le cas où le poids me paraît léger, je contrôle alors avec l'outil pour confirmer ou non mon ressenti. Il m'est arrivé au court de l'hiver, d'apporter une ou plusieurs rations de Candy pour ne pas laisser les abeilles mourir de faim.



Et d'ailleurs, sur ce point, je prône de plus en plus une apiculture douce, qui centre l'abeille et son bien-être au cœur de ma pratique. Mais malgré tout mes efforts, et le fait de planter des fleurs chaque année autour des ruches, il arrive encore que les abeilles aient besoin d'un soutien alimentaire en cours d'hiver. Je ne suis pas partisane du nourissement stimulatif car mon principal objectif n'est pas la productivité de mes ruches. Cependant, je pense qu'il est de ma responsabilité d'intervenir si je considère que le risque est grand pour la santé de mes abeilles.



En cette fin de mois de mars, il va être grand temps d'agrandir les portes de la ruche, afin de facilité les allers et venues de ces abeilles. La première visite de printemps approche et il sera l'heure de faire un état des lieux post-hiver. Mais au vue des abeilles rentrant à la ruche chargées de pollen, je peux déjà penser que les premières larves sont bien là, que le couvain est en place et que la colonie se porte bien. Reste à savoir maintenant quelle est la mesure de cette belle observation.


Où en est le couvain ? Sur combien de cadres se répartit-il ? Est-ce que la reine est bien présente ? Sa ponte est-elle bien répartie ? Y a t-il des signes d'une maladie quelconque ? Quelles sont les réserves et entrées de nectar et pollen ?


Toutes ces questions pourront trouver réponse lors de la visite de printemps qu'il me tarde de faire chaque année à cette période.


Le mois de mars et la période printanière en général sont un moment particulier. Tout était au repos durant l'hiver : l'apicultrice et les abeilles (enfin elles, plus ou moins !). Au moment du printemps, les jours s'allongent, les fleurs poussent à chaque coin de parcelles, de bords de route, de jardins ou entre les raies des vergers alentours. Les efforts mis en place par la famille d'agriculteurs qui héberge mes ruches payent années après années et je sens bien que cela aide mes abeilles.


L'année ne fait que commencer et l'excitation monte doucement avec toujours cette envie d'accompagner les colonies pour une nouvelle saison ensemble !



Affaire à suivre…



Séverine.


Merci pour votre attention et votre soutien à l'apiculture consciente. N'oubliez pas d'en parler autour de vous et de recommander les produits "Une ruche en Provence" et notamment le parrainage de ruches si les valeurs portées par ce projet résonnent en vous.  www.unerucheenprovence.com/shop

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence