Histoires d'apicultrice - E2020-2 : la visite de printemps !

Après les premières observations visuelles à l'entrée des ruches, il est grand temps de les ouvrir pour connaître l'état des colonies et la santé de mes petites abeilles.


L'excitation est palpable ; cela fait plusieurs mois que j'attends ce moment. C'est un mélange entre l'impatience et parfois l'anxiété car ce sera certain, il y aura encore de la casse cette année. Pour les ruches dont l'activité est bien visible de l'extérieur, pas de grand soucis, certains signes peuvent nous orienter sur la santé de nos abeilles. En revanche, pour celles dont l'activité est absente ou tarde à reprendre, la visite de printemps sera un moment délicat où il sera primordial de comprendre ce qui s'est passé.


Les visites de printemps s'effectuent aux alentours des premiers jours de Mars en Provence. Tout dépend bien évidemment de la météo et il faut choisir une belle journée ensoleillée, assez chaude et sans vent (évitons le mistral ^^).


Avant chaque ouverture de ruche, je prends le temps de m'annoncer. C'est un petit rituel que j'ai instauré ; je pose ma main sur le toit de la ruche et je leur dit bonjour.


Durant cette visite, je prendrais note de toutes les informations que je peux observer sur les colonies. Ce qui m'intéresse en particulier c'est la santé du couvain. Y a t-il des signes de maladie ? La ponte a t-elle repris (même si en Provence, rien ne s'arrête vraiment) ? Sur combien de cadres s'étend le couvain ? Est-ce que j'observe des œufs, des larves ? Est-ce que la reine est bien là ? Et si je ne la vois pas les œufs de moins de trois jours seront un bon indicateur.


Puis je me penche sur l'état des réserves. Combien de cadres de réserves entourent le couvain ? Y a t-il du pollen ? De manière diversifiée ? Y a t-il des cadres de miel et combien ?


Enfin, en fonction des fleurs présentes autour du rucher, et selon le nombre de cadres de couvains et de réserves, je prends la décision de donner la possibilité aux abeilles d'agrandir la colonie en insérant des nouveaux cadres. Ils seront simplement pourvus d'une amorce de cire car j'ai choisi de faire bâtir l'intégralité des cadres par les abeilles. Cela prend plus de temps, plus de cire, donc plus de nectar mais la cire construite est pure. En utilisant cette méthode, il faut bien s'assurer que les ressources extérieures -les fleurs- sont bien présentes pour que les abeilles puissent produire de la cire. A noter que les abeilles ne peuvent devenir cirières qu'à partir d'un certain âge…




La saison commence ainsi et le bien-être de chaque colonie va occuper toute mon énergie et mon attention. L'objectif, comme chaque année, sera tourné vers la santé des abeilles. La production de miel sera importante mais pas primordiale. Je souhaite avant tout mettre mon énergie à développer des colonies fortes, saines et adaptées à leur environnement. Et pour réussir cet objectif, il sera aussi important de leur apporter toutes les ressources nécessaires à leur bien-être en évitant au maximum les pénuries de fleurs. Tout un programme à suivre dans les prochaines séries d'articles "Histoire d'apicultrice".



Affaire à suivre…



Séverine.



J'en profite pour partager un essai que je tente cette année 2020 ! Je souhaite limiter mon utilisation de l'enfumoir. Je ne sais pas encore ce que cela va donner, et j'ai malgré tout une petite appréhension que j'essaye de contrôler. Ce choix est pour moi un moyen de me connecter davantage avec la colonie, de m'adapter à sa réaction et de contrôler mes gestes afin qu'ils soient le plus doux possible et le moins envahissants. La scène est parfois un peu cocasse à voir de l'extérieur car je donne l'impression d'être au ralentit ! Cependant, c'est quelque chose que j'ai envie d'essayer et dont je tirerais les conclusions en fin de saison. Peut être certain(e)s d'entre vous ont des retours d'expériences ou des avis à partager ?

Merci pour votre attention et votre soutien à l'apiculture consciente. Si les valeurs portées par ce projet résonnent en vous, je vous invite à venir découvrir les parrainages de ruches et les produits "Une ruche en Provence".


www.unerucheenprovence.com/shop

Crédit photos :

- Annie Spratt. https://unsplash.com/@anniespratt

- Bruno Kelzer. https://unsplash.com/@bruno_kelzer

- Rajendra Biswal. https://unsplash.com/@rpbiswal


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence