Nouveauté 2020 : du miel local pour la sauvegarde des abeilles


Aujourd'hui, je prends mon clavier pour faire un zoom sur mes pratiques apicoles en cours et à venir ainsi que la façon de vendre les produits de la ruche.

Après plusieurs mois de réflexion, d’observations et d’essais concluants j’officialise cette année un tournant vers une pratique en adéquation avec mes valeurs. En voici quelques explications.

Si vous êtes intéressés, je répondrai volontiers à vos questions !

Parmi mes nombreuses sources d’inspirations, j’ai eu la chance de découvrir David et Tobias (apiculteurs allemands Summtgart), ainsi que Maurice Chaudière (“berger des abeilles” âgé de 92 ans), qui m'ont finalement convaincue que je pouvais produire du miel tout en participant à la sauvegarde des abeilles.

Depuis quelques années, les apiculteurs-trices font face à d’importantes pertes d’essaims.


Plusieurs causes possibles sont avancées :

  • la raréfaction des ressources

  • les maladies

  • le manque de diversité

  • les prédateurs

  • la pollution de l’environnement etc...

Aujourd’hui plus qu’hier nous sommes préoccupé(e)s par la recherche de solutions pour diminuer la mortalité des abeilles. Comme certains, je souhaite adapter mes pratiques pour renforcer la résilience des colonies face à ces différentes atteintes.

Dans un environnement favorable, l’Homme a développé des techniques apicoles qui ont porté leurs fruits. Ce sont elles que j’ai étudiées et mises en pratique lors de mon installation.

Aujourd’hui, nous sommes plusieurs à constater que des pratiques, se rapprochant de ce que les abeilles connaissent dans la Nature, augmentent leur résistance.

Ce n'est pas un retour en arrière mais une démarche dans laquelle nous prenons en compte les raisons et conséquences des dernières évolutions de la pratique ; en voici donc les grands axes de travail.



Axe 1 : Adapter les ruches.

Les ressources en nectar, pollen et propolis se raréfient (monoculture, urbanisme, etc…) et ne permettent pas aux abeilles de stocker du miel en quantité et qualité suffisantes. A cela s'ajoute les hivers de plus en plus chauds qui perturbent leur hivernage.


Traditionnellement je prélevais la hausse complète de miel lors de la récolte et apportais du Candi (mélange de miel et de sucre) pour l'hivernage. Malgré cet apport de nourriture, je constate, comme beaucoup d'autres apiculteurs, que certaines colonies ne passent pas l’hiver.

Depuis cette année, mes ruches sont équipées d'une petite hausse, qui peut contenir 15% de leur stock de miel. En ne récoltant pas ce miel, je leur laisse davantage de réserves pour passer les périodes de disette ou d’hivernage plus aisément. Cette hausse sert aussi d'isolation.



Axe 2 : Du miel de fleurs et pur !

Je le faisais déjà depuis le début, et je souhaite le mettre en avant aujourd’hui :

le miel n’est ni chauffé, ni mélangé, ni coupé.


La cristallisation est un phénomène naturel qui dépend des fleurs butinées par les abeilles et de la température de conservation. 


Le miel est l'énergie des abeilles. Il va leur servir à construire les cadres de cire, nourrir les larves, maintenir la température au sein de la ruche etc...


Il est issu du nectar des fleurs ou du sucre donné par l'apiculteur-rice...


Depuis 2017, mes abeilles ne sont plus nourries au sirop de sucre pour accélérer leur croissance ou leur production, mais seulement en cas d’urgence et si la vie de la colonie est en jeu.

Le miel est donc pur et garde tous ces effets !



Axe 3 : De la cire issue du nectar

Depuis plus de 15 ans, en France, les fournisseurs vendent aux apiculteurs des feuilles de cire gaufrées.


Elles sont insérées dans les cadres pour "aider les abeilles dans la construction des rayons'' et pour augmenter la quantité de miel récolté (les abeilles consomment l'équivalent de 7 kg de miel environ pour fabriquer 1kg de cire).


Depuis 2017, je ne pose plus de feuille de cire entière et sélectionne la cire utilisée. Au lieu de cela, je dispose des amorces de cire de 2-3 cm à partir desquelles les abeilles étirent leur propre cire pour bâtir leur cadre.


Le travail des abeilles est donc plus long et plus coûteux en miel, mais davantage naturel. 


L'intérêt est qu'elles utilisent leurs glandes cirières, ce qui renforce leur système immunitaire.





Axe 4 : Exit les produits chimiques

Jusqu’à présent, je n'ai recours qu'à un seul traitement chimique. Il est élaboré à partir de substances d'origine naturelle et est autorisé en production biologique pour lutter contre le varroa, un acarien redoutable.


A l’avenir, si le déséquilibre entre la population de varroas et la colonie d'abeilles est trop fort, les ruches conventionnelles continueront d'être traitées avec ce produit.


Sur les prochaines ruches, dont je présente ici la conception, les premières observations portent à croire qu’aucun traitement chimique ne sera nécessaire. C’est dans ce sens-là qu’elles seront testées et suivies.



Axe 5 : Nos efforts envers les ressources en nectar, pollen, propolis !


Le choix de l’implantation des ruches est primordial pour leur bien-être. J’ai la chance de pouvoir dès aujourd’hui avoir de beaux espaces fleuris tout au long de la saison.

Depuis 2018, sur le lieu d'implantation de mon rucher sédentaire, chez un agriculteur en biodynamie, nous cultivons 5000 m2 d'aromatiques uniquement pour les abeilles.

Avec son soutien, nous souhaitons continuer à planter des fleurs sur les espaces inutilisés de son exploitation : phacélie, aromatiques, arbres, haies composées etc...




Le monde des abeilles est fascinant et me pousse tous les jours à m'améliorer.  Ma démarche est de pouvoir exercer mon activité économique en replaçant le bien-être de l'abeille au coeur de mes pratiques. Si vous souhaitez soutenir, "l'apiculture consciente" tout en savourant du bon miel, vous pouvez utiliser votre super pouvoir de consommateur !  Dès cette année, je mets en place un système de parrainage de ruches pour l'achat du miel. Plusieurs formules sont proposées sur le site internet.  Que ce soit pour vous, pour offrir, en achat isolé ou groupé, votre geste participera au maintien d'un environnement favorable aux abeilles et à des pratiques apicoles centrées sur le bien-être de ces dernières. N'hésitez pas à me donner vos suggestions et avis pour faire évoluer ce mode de commercialisation. 

JE SOUHAITE PARRAINER UNE RUCHE


Un grand merci pour votre attention jusqu'ici !  Portez-vous bien, à bientôt. Séverine.


#forcecolonieabeilles #apicultrice #apiculteur #apiculture #colonie #pollen #abeilles #ruche #rayonsdecire #miel #surviehiver #grappe #beepollen #mielartisanaldeprovence #provence #producteurmieldeprovence #luberon #visitederuche #UnerucheenProvence #beekeeping #beekeeper #réservesdemiel #minipotsdemiel #pelotedepollen #apiculteurdeloisir #apiculteurdébutant #apiculteuramateur #beekeepinglife #abeille #bee #nectar #honey #fleurs #propolis #cire #beewax #installeruneruche #hive #uneruchedansmonjardin #apicultureconsciente #parrainagederuche #parraineruneruche #adopteruneruche #sauverlesabeilles #sauvegardedesabeilles #savethebees #urep #luberon

  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence

© 2023 by Ponto Pet. Proudly created with Wix.com

Photos : https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/

Designed by macrovector_official / Freepik

Crédit Photo : Mathieu Gourgues

  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence
  • Une ruche en Provence